• 07/04/2022
    Ouverture de la session de formation des cadres du Trésor public sur « L’élaboration et la gestion d’une base de données »

    Le développement des compétences et l’amélioration permanente des aptitudes professionnelles constituent des axes majeurs de management de la Direction générale du Trésor et de la Comptabilité publique (DGTCP) pour l’atteinte des objectifs fonctionnels.

    C’est dans ce cadre que, pour accompagner son personnel à faire face aux défis d’un monde de plus en plus tourné vers les technologies et la digitalisation, la Direction générale du Trésor et de la Comptabilité publique a organisé une session de formation au profit de ses cadres sur « L’élaboration et la gestion d’une base de données ».

    Lancée ce mercredi 06 avril 2022 à la salle de formation de la Direction générale du Trésor et de la Comptabilité publique par Monsieur Rachidi OSSENI , Directeur de la Formation professionnelle du Trésor, représentant le Directeur général à l’occasion, cette session est tenue pour réunir pendant trois (03) jours, une vingtaine de cadres activement impliqués dans la manipulation de données.

    Elle se veut être un cadre d’échanges interactifs, de partage d’expériences et de savoir faire entre les participants et les formateurs pour des rendements professionnels croissants.

    Au terme de la session, les participants doivent être à même de :

    • Elaborer et réaliser le suivi d’une base de données ;
    • Exploiter efficacement une base de données ;
    • Mettre les compétences et aptitudes acquises au service de l’Administration publique.

    Le Directeur de la Formation professionnelle du Trésor a, dans son allocution d’ouverture, exhorté les participants à tirer le meilleur dans cette session de formation après avoir rappelé l’importance qu’accorde la Direction générale au renforcement des capacités de son personnel pour un Trésor public toujours cité au rang des administrations performantes.

  • 31/03/2022
    Lancement de l’opération de rattrapage de production des comptes de gestion des communes en retard et leur mise en état d’examen : une initiative en soutien à l’amélioration de la gouvernance locale

    La coupole de la Direction générale du Trésor et de la Comptabilité publique a abrité ce jeudi 31 mars 2022, la cérémonie de lancement officiel par M. Thiérry B. A. DOSSA, Directeur général adjoint du Trésor et de la Comptabilité publique, de l’opération de rattrapage de production des comptes de gestion des communes en retard et leur mise en état d’examen. Ce fut l’occasion pour le Directeur général adjoint de rappeler que « l’activité s’inscrit dans la dynamique de transparence dans la gestion des affaires publiques locales à travers la reddition de comptes. Elle fait corps avec l’action 2 de l’axe stratégique 2 du Programme d’action du gouvernement (PAG 2021-2026) relatif à la consolidation de la bonne gouvernance à travers l’amélioration de la gouvernance locale ».

    Elle a connu la participation de personnalités et acteurs : M. Koami GOUTON, Coordonnateur national du Programme PartiCiP au DEL, représentant le Directeur exécutif de l’ONG ALCRER, partenaire d’appui de l’activité,  les membres du Comité de Direction de la Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique, M. Henri Gabriel VALOT,  Chef de Mission GFA/DDC, les représentants d’autres unités administratives et de la société civile et les cadres du Trésor public.

    Pour rappel, à l’entame de l’activité en 2018, soixante-dix (70) communes étaient concernées. L’état des lieux à ce jour révèle que seules 15 communes demeurent en situation de retard et participeront à l’opération. Il s’agit de : Aplahoué, Athiémé, Bopa, Cotonou, Djakotomey, Gogounou, Houéyogbé, Ifangni, Kalalé, Ouessè, Sakété, Ségbana, Sinendé, Tori-Bossito et Zè. C’est dire que l’activité revêt une importance capitale dans la préservation de l’intégrité des ressources publiques, la facilitation de l’apurement des comptes par la Juridiction financière et la disponibilité des statistiques des finances locales au Bénin.

    M. Yélian Jean-Claude Bienvenu TOGBE, communicateur, a, à cette occasion, évoqué les raisons à l’origine des retards parmi lesquelles on peut noter entre autres : la non disponibilité à temps du compte administratif qui est une pièce importante qui accompagne le compte de gestion, la non implication des ordonnateurs dans la reddition complète des Comptes de Gestion, la non disponibilité de certaines pièces justificatives de dépenses notamment celles qui doivent faire l’objet de régularisation, faute de diligence de la part des services de l’ordonnateur, l’absence de système d’information devant favoriser la reddition de compte,etc.

    Outre l’état des lieux des retards dans les communes concernées et l’exposé des causes de retard, les participants ont été entretenus sur la méthodologie à adopter dans le cadre de l’activité , le chronogramme et le cahier des charges de certains acteurs clés.

    La cérémonie de lancement marque la poursuite d’un vaste chantier au terme duquel le logiciel WMoney sera mis à jour et la juridiction financière pourra statuer à juste titre sur les gestions successives des responsables des postes comptables ciblés.

    « Aussi, voudrais-je souhaiter beaucoup de détermination et de professionnalisme aux équipes d’appui constituées pour la conduite des travaux » ; le Directeur général adjoint a-t-il invité les équipes responsables de l’activité avant de les renvoyer aux missions qui sont désormais les leurs pour l’atteinte des objectifs fixés.

  • 21/02/2022
    Vendredi des réformes » à la DGTCP, première édition ce 18 février 2022

    Mettre en lumière les innovations au Trésor public en communiquant sur les réformes engagées, en cours et à venir à tout le personnel afin qu’elles soient comprises et acceptées par l’ensemble des trésoriers d’une part, et que ces derniers servent de canaux d’informations à tous les citoyens clients d’autre part, tel est l’objectif principal du « vendredi des réformes ». Cette première édition, tenue ce vendredi 18 février 2022 à la coupole de la Direction générale du Trésor et de la Comptabilité publique et suivie sur l’application zoom par le personnel à l’intérieur du pays, a connu la participation effective du Directeur général, Monsieur Oumara KARIMOU ASSOUMA, qui dans son allocution a invité tout le personnel à s’approprier des contenues desdites réformes. Avant lui, son Adjoint, Monsieur Thierry DOSSA, Président du comité des réformes, a rappelé les objectifs spécifiques du « vendredi des réformes ». Le Chef de la Cellule des Réformes et de la Démarche Qualité, Monsieur Lemaire KANFONHOUE, organisateur de cette activité, a insisté sur la dynamique du changement qui constitue le socle de toutes réformes dans son mot de bienvenu.

    Cette activité, désormais callée dans l’agenda mensuel de la direction générale, pour sa première édition, a porté sur la digitalisation du recouvrement des recettes non fiscales. Les deux présentateurs, messieurs Paul ACAKPO, Directeur de l’Informatique et des Archives et Félicien DAKODO, Trésorier général de l’Etat, ont, à tour de rôle, expliqué le contexte, le mode de paiement et les avantages techniques et fonctionnels de la plateforme eQuittance conçue pour le recouvrement, le suivi et la centralisation des recettes de l’Etat. S’en est suivi un échange avec l’assistance présente dans la salle et sur l’application zoom. Tous, ils ont salué cette initiative de la direction générale qui leur permettra d’être bien informés sur l’ensemble des actions de réformes au Trésor public.

    La première édition des vendredis des réformes s’est achevée sur une note de satisfaction générale.

  • 16/02/2022
    Emprunts obligataires par appel public à l’épargne Trésor Public du Bénin « TPBJ 5,50% 2022-2037 » ET « TPBJ 5,85% 2022-2042 »

    Le Trésor public a lancé ce 14 février 2022 sur le Marché Financier Régional  de l’UEMOA des emprunts obligataires par appel public à l’épargne dénommés « TPBJ 5,50% 2022-2037 » et « TPBJ 5,85% 2022-2042 »

    Cette émission est destinée au financement des investissements prévus au budget de l’Etat Béninois au titre de l’année 2022. D’un montant indicatif de FCFA 150 milliards à raison de 60 milliards sur 15 Ans et 90 milliards sur 20 Ans, cet emprunt simultané est ouvert à toutes les personnes physiques et morales.

    La souscription est ouverte du 14 février au 04 mars 2022 inclus avec possibilité de clôture anticipée

    Les principales caractéristiques de l’opération sont les suivantes : 

    Emetteur

    Etat du Bénin (via la DGTCP)

    Dénomination

    « TPBJ 5,50% 2022 – 2037 » et « TPBJ 5,85% 2022 – 2042 » 

    Nature de l’opération

    Emprunt obligataire par Appel Public à l’Epargne.

    Montant indicatif de l’Emission

    150 000 000 000 FCFA

    - 60 milliards sur la Tranche A de 15 Ans

    - 90 milliards sur la Tranche B de 20 Ans

    Valeur Nominale

    10 000 FCFA par Obligation

    Nombre de Titres

    15 000 000 Obligations

    Prix d’Emission

    10 000 FCFA

    Durée des Emprunts

    * 15 ans pour le « TPBJ 5,50% 2022 – 2037 »

    * 20 ans dont 2 ans de différé pour le « TPBJ 5,85% 2022 – 2042 ».

    Date de Jouissance

    9 mars 2022

    Période de Souscription

    La période de souscription est prévue du 14 février au 04 mars 2022.

    Avec possibilité de clôture anticipée.

    Taux d’Intérêts

    * 5,50% annuel pour le « TPBJ 5,50% 2022 – 2037 »

    * 5,85% annuel pour le « TPBJ 5,85% 2022 – 2042 »

    Intérêts

    Le paiement des intérêts se fera annuellement, les 9 mars de chaque année à compter de la date de jouissance ou le premier jour ouvré suivant ce jour.

    Amortissement

    Pour le « TPBJ 5,50% 2022 – 2037 », le remboursement du capital se fera annuellement, par séries égales (amortissement constant) ;

     

    Pour le « TPBJ 5,85% 2022 – 2042 », le remboursement du capital se fera annuellement, par séries égales (amortissement constant), après deux (2) ans de différé.

     

     

    Disponible ici »»»» : EMPRUNTS OBLIGATAIRES PAR APPEL PUBLIC A L’EPARGNE TRESOR PUBLIC DU BENIN « TPBJ 5,50% 2022-2037 » ET « TPBJ 5,85% 2022-2042 » 

  • 14/12/2021
    Sensibilisation des agréés de change manuel

        Lancée ce mardi 14 décembre 2021 à l’hôtel GOLDEN TULIP, par Monsieur Hermann OROU TAKOU, Directeur de Cabinet du Ministre d’Etat, chargé de l’Economie et des Finances, en présence de Messieurs Mathieu HOUNNANOU, Inspecteur général des Services, représentant le Directeur général du Trésor et de la Comptabilité publique et Clément AZIAGNIKOUDA, Directeur des Affaires monétaires et financières, la 3ème édition de la séance de sensibilisation des agréés de change manuel est organisée dans le cadre de l’amélioration qualitative des prestations des acteurs et du renforcement du dispositif de la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme.

    Il convient de préciser que pour la circonstance, la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) et la Cellule nationale de Traitement des Informations financières (CENTIF) ont été mises à contribution pour présenter deux (02) communications, respectivement sur les thèmes ci-après :

    • Constats issus des missions de vérification des bureaux de change et recommandations à l’endroit des agréés de change manuel (présentée par M. Didier NOUKPO) ;
    • Obligations des agréés de change manuel en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme (présentée par M. Norbert KIMPLY AGASSOUNON).

    De ces communications, il est à retenir que l'activité de change manuel est régie par le règlement n°09/2010/CM/UEMOA du 1er octobre 2010 relatif aux relations financières extérieures des Etats membres de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine et ses textes d’application, en l’occurrence les instructions numéro 5, 6, 7 et 11.

    Le dispositif est enrichi par la décision n°397/12/2010 du 06 décembre 2010 portant règles, instruments et procédures de mise en œuvre de la politique monétaire et de crédit de la BCEAO, qui fixe en son annexe, les conditions de taux et de commissions sur les opérations de change manuel entre le franc CFA et l'euro.

    En outre, l’activité de change manuel est également régie par la loi n° 2018-17 du 25 juillet 2018 relative à la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme en République du Bénin, modifiée par la loi n° 2020-25 du 02 septembre 2020.

    Ainsi, les agréés de change manuel sont tenus au strict respect des obligations qui leur incombent, conformément à la réglementation en vigueur. Ces obligations portent, entre autres, sur :

    • les conditions de délivrance des allocations en devises ;
    • l'information due à la clientèle et aux autorités de contrôle ;
    • la transmission des relevés trimestriels ;
    • la vigilance par rapport aux clients et aux bénéficiaires des fonds ;
    • la déclaration à la CENTIF, de toute opération suspecte.

    En somme, cette séance de sensibilisation a été un creuset d’échanges fructueux entre les agréés de change manuel et les différentes structures de veille que sont la Direction générale du Trésor et de la Comptabilité publique (DGTCP), la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) et la Cellule nationale de Traitement des Informations financières (CENTIF).