• 05/08/2021
    CÉRÉMONIE DE PREMIÈRE COTATION TPBJ 6,50% 2017- 2027

    Le Bénin passe à la deuxième phase de l’opération d’emprunt obligataire lancée courant mars 2017. Le Jeudi 20 juillet, à la faveur d’une cérémonie solennelle, il a été procédé à la première cotation des titres « TPBJ 6,50% 2017-2027). C’était en présence du Directeur général de la Bourse régionale des valeurs mobilières (Brvm) venu spécialement de la Côte d’Ivoire, dereprésentants du gouvernement et de représentants d’institutions financières et d’assurances.

    Le gouvernement du Bénin, dans l’optique de mobiliser les ressources nécessaires pour le financement de son ambitieux Programme d’actions (Pag) estimé à 9000 milliards FCfa, a fait l’option de se tourner vers les marchés financiers de la zone Uemoa. Ainsi, courant mars 2017, le ministère de l’Economie et des finances, par le biais du Trésor public a lancé un « Emprunt obligataire par appel public à l’épargne du Trésor Public du Bénin, TPBJ 6,5% 2017-2027 ». Grâce à l’expertise de la Sgi-Bénin et d’autres Sgi co-chefs de file, l’opération qui était lancé pour capter 150 milliards, a connu un succès avec à l’arrivée 171 546 780 000 FCfa mobilisés. Fort de ce succès, intervient la deuxième phase qui n’est rien d’autre que la première cotation des titres « TPBJ 6,5% 2017-2027 ». En réalité, cette étape lancée officiellement hier en synchronisation avec Abidjan, et ce grâce à la technologie, marque l’entrée des titres souscrits sur le marché secondaire de la Brvm et en même temps l’ouverture des transactions, c’est-à-dire les achats ou ventes de ces titres pour divers investisseurs.  Pour le Dg de la Brvm, Kossi Edoh Amènounvè «  cette délocalisation de l’opération à Cotonou, rendue possible grâce à la technologie témoigne de la volonté de la Brvm de faire vivre la bourse dans chaque pays de l’Uemoa et de donner l’opportunité aux populations locales de se familiariser avec son fonctionnement. « Cet emprunt marque le retour du Bénin sur le marché obligataire de l’Uemoa après une série de trois emprunts…entre 2000 et 2011. Donc c’est un retour six ans après sur le marché régional », a-t-il rappelé. Pour lui, la Bourse est un instrument privilégié de financement et il dit espérer que l’Etat du Bénin sera l’un des premiers à utiliser les instruments innovants dans la recherche de mobilisation de ressources à long terme pour le financement du Pag. C’est un appel qui visiblement est tombé au bon moment puisque le Secrétaire général du ministère de l’Economie et des finances, Joèl Zodjihoué a, sur place, rassuré que cet emprunt ne sera pas le dernier. Le Bénin est engagé à le faire même plusieurs fois dans une année. Et déjà, le Sg a annoncé que le 25 juillet prochain, le Bénin repart sur le marché pour lever 60 milliards FCfa. Une nouvelle qui a été ovationnée par tous. Pour finir, le secrétaire général, représentant  l’Argentier national Romuald Wadagni a exhorté les détenteurs de ces obligations de les négocier ou d’en acquérir davantage. Aussi, ceux qui n’avaient pas souscrit à en acheter à tout moment. Le Bénin étant un bon élève en matière de paiement de dettes.